Canton d’Yvetot
Arrondissement de Rouen

Superficie : 1 465 ha
Population 1992 : 1 007 habitants
Habitants : les Allouvillais

Origine du nom : de Adlolvilla, formé d’un nom d’homme germique, et du latin villa, le domaine rural et Bellefosse, citée vers 1210 sous l’appelation de Bellam Fossam.

Un peu d’histoire…

carte-postaleLa commune d’Allouville-Bellefosse est formée en 1823 de la réunion des communes d’Allouville et de Bellefosse. Dès 1141, Bellefosse possède une église paroissiale qui appartient alors à l’abbaye de Montivillers. Au XIIIe siècle, son patronnage est alternativement partagé entre les rois de France et les seigneurs du lieu. On cite à Bellefosse au XVIIe siècle le fief de Rohan qui est défendu par un château fort. Dès avant le XIe siècle, et pendant six cents ans, la terre et le château d’Allouville sont l’entière possession des seigneurs de Récusson, dont certains se distinguent lors des croisades ou au service du roi de France. La paroisse d’Allouville voit se succéder à sa cure des prêtres d’extraction noble : Cosme Daniel, seigneur et abbé du Détroit. François de la Motte; François Boieldieu. Les seigneurs d’Allouville et les religieux de l’abbaye de Saint Wandrille se disputent longtemps le patronage de la cure. Quelques personnages d’une certaine renommée sont originaires de cette communes de la campagne normande : le fibustier Pierre Belain d’Esnambuc, qui se rend maître au nom de la France de l’île de la Martinique en 1635 et y fonde la ville de Saint-Pierre, naît en 1585 à Allouville, au manoir de Quenonville ; Charles-Amand Patenôtre, né en 1795, est pendant quarante ans médecin de l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg ; Etienne Delisle, qui fonde une école de mathématiques au Havre.

calvaire

Le calvaire

XIXe siècle
Pierre

Ce calvaire rappelle la mémoire de quatre prêtres d’Allouville : Samuel Isidore Trubel, Guillaume Cabot, J.B. Bourienne, et J. François Leclerc. Il semble avoir été dressé à l’emplacement où en 1685 le seigneur de Quenonville et Regnault de Récusson se sont battus en duel après la grand-messe. Ils sont condamnés par l’officialité de Rouen à assister à la cérémonie de la réconciliation du cimetière tenant chacun à la main un cierge d’une livre.

monument-aux-mortsLe monument aux morts

1921

Le monument aux morts porte la mention “1914-1919″, les Allouvillais ne considérant la guerre complètement finie qu’au retour de tous les prisonniers au village.